Les chats de CAP vous font part de la "retraite" de leur ami et protecteur Jacky

Publié le

Jacky et Cindy

Jacky et Cindy

Jacques BERTHELOT, résident permanent à CAP ESTEREL depuis 1993 va, dès le 30 juin prochain, rejoindre SAINT RAPHAEL.

Dès 1996,  Jacques s'est fortement impliqué dans la gestion technique de CAP ESTEREL, en particulier dans la commission travaux/environnement,  en menant des dossiers techniques primordiaux à la sécurité de l'ensemble du site et essentiels à l'image de l'ensemble du Village :

  • inventaire et évolution de l'éclairage public
  • inventaire et améliorations des itinéraires aménagés inter-copropriétés : allées, escaliers ...
  • dossier de signalisation et de sécurisation pour les piétons
  • rationalisation de la collecte des déchets ménagers
  • ...

Par 2 fois, en 1998-1999 et de 2007 à 2013 il a été membre du Bureau de l'ASCAPE.

Mais c'est surtout grâce à son dévouement pour ses amis les chats que copropriétaires, voire vacanciers, le connaissent. Il les connait tous et les appelle tous par leur nom. Il s'est toujours préoccupé de leur bien être et de leur santé.  Il leur a consacré beaucoup de son temps et de son ingéniosité et nul ne doute qu'il restera attentif à connaître  les moyens que nous nous donnerons pour continuer à assurer une vie paisible et harmonieuse "de chat" à ses protégés.

Dans un document que vous lirez ci-dessous, il nous livre ses connaissances, ses réflexions et ses recommandations.

La vie du chat libre, ce félin:

Le chat domestique est une sous espèce issue du petit félin sauvage qui, bien que très discret représente une population encore assez importante dans l'écosystème.

Le chat domestique "Felis silvestris catus" bien que sociabilisé conserve cet instinct sauvage dans ses racines et il faut peu de modifications dans sa vie de chat libre pour le transformer à nouveau en un redoutable animal.

Son odorat cinquante fois plus développé que le nôtre, nyctalope, sensible aux ultrasons, et disposant d'un champ de vision très étendu en font un chasseur d'exception.

 

Sa reproduction est impressionnante, un seul couple pourrait théoriquement engendrer en quatre ans une famille de "20 736 matous, miaou, miaou, miaou" aurait pu chanter Monsieur Dutronc.

La stérilisation:

La prolifération sauvage est notre premier ennemi.

En 1993 à Cap Estérel nous avons comptabilisé plus d'une centaine de chats sauvages ou réputés tels, affamés, tous dans un état de santé précaire et plus ou moins agressifs.

Des mesures d'hygiène et de sécurité devinrent indispensables.

Nous avions le choix entre deux solutions, la première consistant à les capturer et les déposer en fourrière. Une deuxième solution : la stérilisation. Nous avons choisi la deuxième.

Une fois stérilisés, les chats peuvent être nourris sans risque de prolifération.

Pourquoi la stérilisation :-

  • parce que c'est la méthode la plus efficace pour enrayer la prolifération des chats libres, l'objectif final étant la réduction progressive de leur nombre par le fait des morts naturelles.

  • notre choix a été payant puisqu'aujourd'hui nous comptabilisons une trentaine de chats.

Pourquoi refuser les ramassages de la fourrière :

  • parce que c'est une solution violente : la mort en chambre à gaz, indigne d'une société civilisée

    parce que la fourrière, si elle a pour effet immédiat la suppression de tous ces animaux, est en réalité tout à fait incapable d'obtenir un résultat positif à long terme, les populations se reconstituant aussitôt.

 

Les services rendus du chat en milieu urbain

 

C'est un prédateur inné qui se nourrit des petits animaux qui auront eu l'imprudence de pénétrer dans son périmètre de chasse. Il trouve pour son menu les souris, mulots, reptiles, amphibiens (sauf le crapaud) et hélas les oiseaux. Il accepte difficilement l'arrivée de nouveaux congénères et il défend son territoire jalousement parfois au péril de sa vie. Il a aussi ses prédateurs : les chiens en errance, renards, martres et blaireaux.

 

Notre devoir envers "Felis Sylvestris Catus":

Ces chats de CAT-ESTEREL font partie de notre patrimoine.

Un travail important a été entrepris dans les années 1990 pour enrayer leur prolifération.

Les années 2000 ont vu leur nombre se réduire à une cinquantaine de sujets puis à se stabiliser à une trentaine depuis l'année 2008.

Ceci a été rendu possible grâce à ma détermination et avec le concours de la Mairie de Saint-Raphaël qui a pris en charge les frais de stérilisations, et d'euthanasie des chats en fin de vie.

L'arrivée de nouveaux matous nécessitant une stérilisation est désormais exceptionnelle.

La prise en charge des frais d'alimentation (croquettes) étant assurés par l'ASCAPE à hauteur de 2200 € annuellement, j'ai personnellement assuré bénévolement l'organisation de Cat- Estérel et, avec l'assistance de Madame GUENAT la distribution de la nourriture pendant 24 ans.

Je quitte Cap-Estérel le 30 juin 2017 pour m'installer à Saint-Raphaël et le moment est venu à l'ASCAPE de me trouver un remplaçant et de prévoir sa modeste rémunération.

Conclusion:

Un petit nombre de chats, correctement nourris, donc forts et sains, est indispensable pour éloigner les nuisibles de nos habitations. Ils sont un facteur de joie et d'affection pour les enfants et leurs parents.

Ils sont beaux et décoratifs.

Je reste bien sûr à votre disposition pour assurer la transition dans de bonnes conditions.

Cap Estérel, le 4 février 2017

Jacques BERTHELOT

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

PhP 21/03/2017 10:55

Merci Jacques,
Tu étais un des « permanents » de Cap et notre village ne sera plus le même avec ton départ.
Tu as été dans faire de bruit un des bénévoles les plus actifs de l’ASCAPE sur de très nombreux dossiers, et te trouver un remplaçant pour s’occuper des chats ne sera pas une tâche aisée.
Tu étais également un excellent bricoleur et tu nous lègue tous les abris, les mangeoires perchées, et les systèmes de cages que tu as fabriqués pour attraper les matous à stériliser.
Tu as raison, les chats font maintenant partie du patrimoine de Cap, et parmi tous les chantiers que nous allons avoir à gérer en 2017, il ne faudra pas les oublier, nous comptons sur toi pour former tes héritiers et pour nous conseiller.
Très cordialement.
Ph Pons